• Thomas GROLLIER

Brève cartographique #6


Alfred Wegener (photo ci-contre), la dérive des continents, les plaques tectoniques, la subduction ça vous parle ? La planète Terre, notre vaisseau spatial, n’est pas une simple boule fonçant dans l’espace. Sa croute est fissurée et les masses continentales dérivent au gré des pressions internes de la planète. C’est super complexe et surtout cela engendre catastrophes, volcans mais aussi sources thermales et terres fertiles… Tout cela est bien peu compréhensible pour les simples citoyens que nous sommes.


Sur notre vaisseau spatial, s’il est un pays qui est bien confronté aux problèmes telluriques c’est le Japon. L’Empire du Soleil Levant est au contact de quatre plaques tectoniques (eurasienne, philippines, pacifique et nord-américaine), le tout sur la « ceinture de feu du Pacifique » qui passe aussi par les Philippines, l’Indonésie, les Andes ou la Californie (Basse Californie / San Andreas). C’est sur le pourtour du Pacifique que se trouvent malheureusement les zones les instables de la planète et donc les plus destructrices. Bon ça c’est pour la Science.


Loin de se préoccuper de ces explications techniques aussi affriolantes qu’un rockeur sans banane, les japonais ont développé, et cela dès le XVIIe siècle, une théorie bien plus intéressante. C’est Namazu! Un poisson-chat géant ceint dans les entrailles de la terre et dont le dos supporte les nombreuses îles japonaises. Quand Namazu (鯰) bouge des tremblements de terre se déclarent. Heureusement le dieu Kashima (建御雷) le tient en respect avec son épée pour éviter ce problème destructeur. Mais parfois ce dieu est distrait… Pour le plus grand malheur des flegmatiques japonais.


Carto Diem vous souhaite une très belle année 2021

© Carto Diem - 2020