• Thomas GROLLIER

Brève cartographique #43


 

Aujourd’hui ouvrons un chapitre malheureusement douloureux. Je sais, les fêtes de fin d’année, la trêve des confiseurs, l’esprit de Noël devraient forcer cette rubrique du 24 décembre à être gaie et légère. Mais point n’y fait, nous allons parler d’une guerre fratricide au passé hautement contesté : où se situe le centre de la France? Tremblez lecteurs!

Si la question n’avait guère suscité de passion avant le XVIIIe siècle, la forme assez géométrique de la France a permis, depuis, de faire surgir cette idée. Mathématiciens et géographes se sont donc évertués à la tache ardue et parfaitement inutile de calculer le centre de l’hexagone. Peur-être une quête de reconnaissance aussi, parce que ce centre tombe dans une zone géographique qui n’est pas des plus connue ni reconnue. Si on se place au niveau des anciennes provinces c’est quelque part entre le Bourbonnais et le Berry (connu pour les très riches heures de son duc). Au niveau régional quelque part entre la bien nommée région Centre Val-de-Loire et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Au niveau départemental entre le Cher (18) et l’Allier (03). Et au niveau communal, égo, édiles et chefs d’office du tourisme en tête, ce centre est revendiqué par une dizaine de communes du secteur. Ce centre est assez loin de tout… comme tout centre. Mais là ça se vérifie amplement.

Le monument du Centre de la France à Bruères-Allichamps (18)

Allez, honneur à la première commune a avoir visiblement ouvert le bal des prétendantes : Bruère-Allichamps dans le département du Cher. Adolphe Jouanne, un touche à tout qui fut à la fois journaliste, voyageur, co-fondateur du journal « L’Illustration » et 3e président du club alpin français, calcula et indiqua dans un de ces livres (les Guides Jouanne qui devinrent en 1919 les Guides bleus) le centre de la France sur la commune de Bruère-Allichamps. Son calcul sur un centre géographique prenait alors en compte l'Alsace-Lorraine mais pas la Corse. La méthode est visiblement sommaire (la France toute entière inscrite dans un quadrilatère) mais c'est la première à être basée sur un calcul géométrique. Allez banco, va pour Bruère. Hop, on déterre une colonne romaine, on la place au centre du village sur la route nationale 144, on met un drapeau français au sommet et on y indique que « selon la tradition » Bruère est le centre de la France. Bruère-Allichamps s'expose à la vue de la Nation toute entière. Les citoyens sont heureux, les femmes pleurent de joie. Finalement tout le monde s'en fout mais bon moi ça me faisait rire cette petite colonne au milieu de pas grand chose sur une route aussi droite qu'un i devenue depuis une départementale car concurrencée par l'autoroute A71 toute proche.

Tiens, en parlant de l'A71, elle aussi a fait parlé d'elle. Car l'aire de services construite non loin de Bruère-Allichamps porte le nom de « Centre de la France ». A défaut de sens, notre quête de centre se concentrerait-elle sur Bruère? Nenni! Faisons tomber le masque, car les calculs de notre bon Jouanne ne prenaient forcément pas en compte un élément ayant changé la France depuis 1860 : l'annexion du Comté de Nice (et depuis 1947 d’une partie de la vallée de la Roya). Donc, c'est dur je le concède, mais Bruère doit sortir de l'équation.

Le monument de Saulzais-le-Potier

Retour aux calculs savants. Et c'est Théophile Moreux dit l'Abbé Moreux, qui, à la fin des années 40, calcula que le centre était localisé à Saulzais-le-Potier toujours dans le Cher. L'édile installa d'ailleurs un petit monument sur ce centre autoproclamé en 1968. Pensez donc une recherche scientifique réalisée par un homme de foi on ne peut y faire fi.

Pourtant un peu au même moment, nouveau calcul plaçant la France continentale dans un grand rectangle. C'est alors Saint-Amand-Montrond qui sort du chapeau. Et c'est encore dans ce cher Cher. La ville ne semble guère vouloir mettre en avant ce centre hypothétique. Et depuis le plan com de la commune se focalise sur le cyclisme et Julian Alaphilippe, natif de la ville. Ça semble beaucoup plus porteur pour le moment.




Bon déjà plusieurs sites et il serait quand même temps que les professionnels se saisissent de cet épineux dossier et sifflent la fin de la récrée. Qui de mieux pour cela que l'IGN. Notre fier Institut Géographique National, basé à Saint-Mandé aux portes de Paris, fait donc un premier calcul en 1966 (basé sur le barycentre des centres de toutes les communes métropolitaines) et, pour la première fois, place le centre de la France dans l'Allier à Chazemais. On file dans le 03 et on change de région. Bigre... Le suspense est haletant mes amis. Oui mais quelques années plus tard, en 1983, ce même IGN refait tourner ses nouveaux et beaucoup plus puissants ordinateurs qui arrivent au résultat de Vesdun. Retour du centre dans la région Centre et le département du Cher. Labellisé par un des plus puissants services géographiques de la planète, impossible de manquer le monument érigé par la commune à l'entrée du bourg joliment fleuri de Vesdun. Le village est enfin reconnu de tous.

La monument de Vesdun indiquant le centre de la France selon l'IGN (calcul sans la Corse)

Car finalement le calcul de ce centre est beaucoup plus complexe que ne voulaient le croire les mathématiciens et autres géographes. Car, en dehors de la méthode de calcul, faut-il prendre en comptes les petites îles du littoral, la partie française du Lac Léman, les reliefs et surtout la Corse dans le calcul? Et quid des territoires ultra-marins dans l'équation. Bon finalement l'IGN semble valider Vesdun comme centre de la France sans la Corse. Mais en intégrant l'île de Beauté, leur calcul arrive alors sur la commune de Nassigny non loin de Montluçon dans l'Allier. On va faire confiance à leurs ordinateurs. Car finalement ce centre honorifique (avec ou sans la Corse) est donc bien quelque part entre Vesdun et Nassigny distants de seulement de 15 km.

Le monument de Nassigny dans l'Allier

Et comme je suis taquin et que cette quête est donc purement symbolique, je vous annonce que le centre de la France est à 9 km à l’ouest de Vesdun, localisé au lieu dit « Le Gournalier » sur la commune de Sidiailles. C’était la maison de mes grands parents pendant presque 50 ans. J'y ai connu parmi mes plus beaux souvenirs d'enfance. Que cette brève de Noël soit donc dédiée à Hermine Thomas, fringante nonagénaire (95 ans à ce jour), et Christian Thomas (1920-2016) les vrais centres de ma France.

27 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout