• Thomas GROLLIER

Brève cartographique #3



Le plat Pays ne l’est pas tant que ça. Et la géographie est taquine car elle est (toujours) teintée d’histoire. Avec les gains territoriaux d'Eupen et Malmédy (histoire qui fera l'objet d'une brève très bientôt) à la suite de la première guerre mondiale, le Signal de Botrange est devenu le point le plus haut de la Belgique avec la hauteur impressionnante de 694 m expulsant des tablettes la Baraque Michel (674 m) alors plus haut sommet belge. Le site, au cœur de la région des Hautes-Fagnes en Wallonie, est forestier et les tourbières y sont nombreuses.


En 1923, au Signal de Botrange, par orgueil nationaliste et m'as-tu-vu, il fut décidé, de construire une butte artificielle et un escalier haut de 6 mètres afin d'atteindre l’altitude « prestigieuse » de 700 mètres au dessus du niveau de la mer. Bonne nouvelle pour les amateurs d'alpinisme, le sommet est atteignable sans guide, ni piolet, ni bouteille d’oxygène.

Le chantier fut ordonné par le général belge Baltia chargé de « belgifier » les cantons de l'Est pris à l'Allemagne 4 ans plus tôt avec les accords du Traité de Versailles. La butte porte désormais le nom de ce général devenu baron pour les services rendus au royaume.



Sachez également que, dans ce haut lieu belge, le climat, malgré une altitude assez faible, est particulièrement rude. Ainsi, l’hiver, on peut y faire du ski nordique pour ce qui est, au cœur des Ardennes, l’équivalent du Mont Aigoual version outre-Quiévrain.


© Carto Diem - 2020