• Thomas GROLLIER

Brève cartographique #23


Une fois n’est pas coutume – il faut savoir sortir de sa zone de confort – aujourd’hui nous allons parler musique et mers. Bigre… Ayant replongé avec plaisir dans quelques vieux albums des années 80, j’ai goulument réécouté Eurythmics et son morceau « Sweet Dreams » de l’album homonyme. Heureux ceux qui connurent l’émission TV « Les Enfants du Rock » sur Antenne 2 et découvrirent alors la flamboyante coiffure d’Annie Lennox. Quel roux, mes amis ! Adrien Quatennens, qui n’était même pas né, ne lui arrive pas à la cheville. Bon je le concède Antenne 2, Les Enfant du Rock, toussa-toussa, ça sent un peu la naphtaline mais c’est bon parfois. Non?

Mais revenons à Eurythmics car tu demandes, méticuleux lecteur, à quel moment un sujet cartographique pourrait surgir avec l’évocation d’un groupe musical britannique. Alors voici les paroles, en angliche, du refrain :

« Sweet dreams are made of this / Who am I to disagree ? / I travel the world and the seven seas / Everybody' s looking for something »

Fiat lux ! On a enfin l’angle cartographique tant recherché : The Seven Seas. Mais sais tu fidèle lecteur à quoi correspondent les fameuses Sept mers (oui je te donne aussi la traduction car je suis parfois sympathique) ? Il faut pour cela faire un gros retour en arrière et revenir aux temps des Grecs et de l’espace méditerranéen. Le monde connu (pour cette civilisation bien entendu) est centripète de la Méditerranée et les grecs, tout comme les érudits du Moyen-âge, décidèrent que le monde se répartissait sur 7 mers : Adriatique, Arabie (Mer d'Érythrée), Rouge et Noire (Pont Euxin), Caspienne, Golfe Persique et la plus vaste, la Méditerranée. Des mers que même les explorateurs les plus intrépides hésitaient à traverser privilégiant la cabotage. Avec les progrès de la marine et de la navigation, d’autres espaces maritimes furent naturellement découverts au XVe et XVIe siècles (Les Grandes Découvertes). Pourtant l’expression « les sept mers » subsista bien longtemps dans le langage européen comme arabe.


Le monde en 1154 : Le nord est en bas et la carte est centrée sur Jérusalem (« Livre de Roger »)

Dans le monde contemporain, par un curieux hasard de chiffre et peut-être pour conserver l’expression, les Sept Mers furent actualisées avec les océans : Atlantique (nord et sud), Pacifique (nord et sud), Indien, Arctique et Antarctique. Et comme les math sont une science décidément bien faite, ce chiffre sept sera également celui utilisé par la marine de guerre américaine après la seconde guerre mondiale avec 7 flottes actives sur l’ensemble du globe (la 1ère flotte sera dissolue en 1973). De nos jours les 5 et 6ème flottes étasuniennes voguent donc au cœur des anciennes Sept mers antiques. Vous allez voir, copieurs comme ils sont, les chinois et leurs trois flottes militaires, vont bien nous en créer 4 supplémentaires…



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout